Tags

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Paris Woman on Bicycle, par Barbara Redmond

Paris Woman on Bicycle, par Barbara Redmond

(English) A propos de moi. Tout d’abord, laissez-moi me présenter brièvement. Je m’appelle Bénédicte, je suis française – originaire de Bretagne (n’oubliez pas ce fait, car c’est la raison pour laquelle je n’ai aucune objectivité en parlant de la France). J’ai un blog nommé Tribulations Bretonnes (commencez-vous à voir un motif récurrent?) que j’essaye de mettre à jour plus ou moins régulièrement. J’adore le beurre salé (une chose essentielle en Bretagne), les séries américaines (personne n’est pas parfait), et écrire des phrases entre parenthèses (j’aimerais croire que cela monte mon côté sarcastique, mais je me rends compte maintenant que ça peut rapidement devenir énervant).

J’ai étudié plusieurs fois à l’étranger (aux Etats-Unis, en Allemagne, en Italie), et je suis à nouveau à Paris pour effectuer mon stage de fin d’étude. Bref, j’ai une licence (trois années après lycée) en allemand et anglais, puis un master franco-allemand (deux années après la licence) en Communication et Coopération Transfrontalières (vous ne savez pas ce que ça veut dire ? Moi non plus) et maintenant je fais un mastère spécialisé (un programme offert par des écoles de commerce) en Management des Biens et Activités Culturels.

Présentant le contexte

Ce mastère spécialisé propose un premier trimestre de cours à Venise, puis un trimestre de cours à Paris, et ensuite un stage de minimum quatre mois. Je ne vous explique pas la difficulté de trouver de logement à Venise (particulièrement si on vit en Allemagne et possède un vocabulaire très limité en italien) ; je me concentrerai plutôt ici sur la difficulté de trouver un domicile à Paris. Oui, je vous entends ; il est difficile de trouver un domicile partout – même à Berlin – bien qu’elle était il y a quatre ans une des capitales les moins chères d’Europe occidentale. Bref. Retournons à Paris.

Je suis sûre que la simple idée de vivre à Paris vous fait rêver, et parfois j’aimerais voir cette ville à travers des yeux étrangers, mais cela sera le sujet d’un autre article. Beaucoup de personnes de ma classe étaient originaires de Paris ou de ses alentours, donc ils sont retournés soit avec leurs parents soit dans leur studio/colocation. Les italiens de mon cours et moi étions seuls et hagards, cherchant un logement et attendant d’être acceptés. Je crois que c’est d’ailleurs plus difficile que de trouver un emploi (d’accord, j’exagère peut-être. Il est aussi difficile de trouver un appartement que de trouver un emploi) et potentiellement plus stressant quand on voit que la date limite approche et que l’on considère sérieusement la possibilité d’acheter une boîte en carton et de trouver un endroit douillet sous un pont de la Seine. Si vous ne connaissez personne à Paris et si vous n’avez pas une bonne fée spécialisée en immobilier, alors, préparez-vous à un peu de stress (mais ne paniquez pas…il y a toujours une solution à la fin).

J’ai déjà habité à Paris durant les deux premières années de ma licence, donc j’avais quelques idées de où chercher, et j’avais des amis qui, désormais, ont leur propre domicile, donc je n’aurais pas été à la rue si je n’avais pas trouvé quelque chose à temps. Je me concentrais évidemment sur des arrondissements particuliers (c’est ici la fille snob et effrayée en moi qui parle), ce qui a compliqué mes recherches. J’ai finalement trouvé ma chambre par chance : un gars de ma classe m’a transféré l’offre d’une fille de l’école de commerce où ils avaient tous les deux été. J’ai envoyé un e-mail et j’ai été choisi (un peu comme Harry Potter. Ou pas). Je dois trouver un autre domicile pour juillet, mais maintenant je suis une experte de recherche en logement !

Soyons pratique

Si vous avez l’intention de vivre à Paris, de nombreux choix vous sont accessibles : les résidences universitaires, les foyers, la colocation, louer une chambre dans un appartement familial, ou louer votre propre appartement. Pour une résidence universitaire, vous devez rechercher les critères requis pour y vivre. C’est l’équivalent français d’un dortoir aux Etats-Unis, mais avec des chambres pour une personne ; faites attention, ces résidences se remplissent vite. Pour quelqu’un qui vient d’arriver, je lui conseillerais d’habiter dans un foyer. C’est ce que j’ai fait lorsque j’ai étudié à Paris pendant ma licence. C’est moins cher qu’une colocation et vous pouvez rencontrer des gens très rapidement et facilement. Ce sont comme des dortoirs privés. Mais ils ont parfois des horaires d’ouverture et de fermeture, et certains ne permettent pas de recevoir des invités, donc regardez bien avant de vous décider. Pourtant, ce peut être un bon début car ils permettent souvent aux gens de rester pour des périodes courtes (minimum un mois). La colocation est un autre moyen de vivre à Paris. Vous devez faire très attention (mais je suppose que c’est la même chose aux Etats-Unis), pour éviter les offres étranges et louches (par exemple, « Homme de 45 ans cherchant à partager un studio, uniquement des filles » Non mais vous voulez aussi que nous portions seulement des sous-vêtements?). D’un autre côté, la colocation est un moyen de rencontrer de nouvelles personnes sans contraintes et je dirais que c’est mon deuxième choix après un foyer si vous êtes récemment arrivé (parce qu’il est quand même plus difficile de trouver une colocation quand on arrive). Bien sûr, vous pouvez toujours essayer de louer votre propre appartement, mais c’est très compliqué pour une personne étrangère d’en trouver un à Paris pour une longue durée, où l’immobilier est follement compétitif et où vous devez présenter des tas de documents avant de pouvoir louer quelque chose (n’oubliez pas que les propriétaires veulent que les locataires restent longtemps, et qu’une résiliation de bail officielle est requis trois mois avant de quitter l’appartement – ou juste un mois pour un appartement meublé).

Bref, essayez de chercher un domicile avant d’arriver à Paris (évidemment !), mais les gens ont tendance à vouloir vous rencontrer en personne, donc ne paniquez pas si vous ne pouvez rien trouver avant d’arriver.

Quand vous arrivez à Paris, activez-vous ! Consultez des sites internet, lisez les journaux, utilisez votre téléphone ! (Même si c’est effrayant au début de parler en français, vous vous y habituerez).

Remerciements: Nous sommes reconnaissants envers les personnes suivantes pour aider à faire cette traduction possible: Bénédicte Mahé; Bailey Roberts, étudiant de la linguistique et du français à Macalester College à St. Paul, MN; et Elyse Rozina, Rédactrice en Chef de Traduction à A Woman’s Paris, étudiante du Français et de l’Italien à L’Université de Minnesota Twin Cities.

Bénédicte Mahé a étudié en France et à l’étranger, parle quatre langues (français, anglais, allemand et italien) et possède un mastère spécialisé en management des biens et activités culturels ainsi qu’un master en communication et communication transfrontalières. Elle souhaite travailler dans le mécénat pour des institutions culturelles ou des ONG. Boire du thé, cuisiner (avec du succès – ou pas), lire, regarder des séries américaines et – évidemment – faire du shopping font partie de ses hobbies. Elle a ouvert son blog Tribulations Bretonnes en 2010 et continue de le mettre à jour depuis (plus ou moins régulièrement).

Résidences universitaires:

http://www.adele.org/
http://www.cnous.fr/index.php (allez au “étudiante”)
http://www.crous-paris.fr/article.asp?idcat=AADB

Foyers étudiants:
http://www.unme-asso.com/
http://www.arfj.asso.fr/

Colocations:
http://www.appartager.com/ (C’est le meilleur site, mais vous devez payer pour avoir accès aux coordonnées des gens)
http://www.colocation.fr/homepage.php

Studios & Apartments:
http://www.seloger.com/
http://www.pap.fr/
http://www.mapiaule.com/formalites/les-pieces-a-fournir-pour-le-dossier-de-location/a7924.html (Ce site énumère les documents requis pour louer. Un garant est la personne qui payerait si vous ne pouviez pas payer votre propre loyer ; si vous êtes étudiant, on demandera la caution parentale.)

Cell phone:
Achetez une carte prépayée (sinon, vous devez avoir un compte bancaire français), n’oubliant pas que vous avez besoin peut-être d’une addresse française à donner quand vous vous inscrivez. Demandez une carte « sans abonnement et sans engagement ».
http://www.sfr.fr/mobile/sfr-la-carte.jspe#sfrintid=V_nav_mob_offre-lca
http://boutique.orange.fr/ESHOP_mx_ft/?tp=php&donnee_appel=FTASN&IDCible=1&type=4&code_rubrique=5-504008
http://www.laboutique.bouyguestelecom.fr/offres/offres-forfaits-mobiles/carte-bouygues-telecom.html

You may also enjoy A Woman’s Paris® post, 86 Classic French films to watch again and again. French woman Bénédicte Mahé believes that to better understand French pop culture and French people you may meet, you need to have some notion of cinematographic culture. She shares with us important French films (mainly from the 1990s and 2000s) that will help you accomplish just that. (French)

A French girl’s favorite films, ‘cuz baby it’s cold outside, by French woman, Bénédicte Mahé who shares the top of her list of “86 Classic French films to watch again and again,” published earlier in A Woman’s Paris. Including film trailers to watch. Also published in French as, “Le cinéma française: je voudrais souligner plus particulièrement trois films.” (French)

Tom Hooper’s “Les Miserables,” is big, breathtaking… bland? Film critic David Lundin gives us a view, behind the scenes, of the making of this 2012 Hollywood movi-musical, Les Miserables, based on Victor Hugo’s novel of the same name published in 1862. Les Miserables is an operatic tale of a man’s struggle to find peace against the backdrop of a growing people’s revolution and weaves the stories of a dozen or so primary and secondary characters. (French)

French Impressions: Anne Fontaine’s white shirts and the color of happiness. Anne Fontaine, a Franco-Brazilian fashion designer, entrepreneur, businesswoman and philanthropist, known as the “queen of the white shirt,” brought new faces and unforeseen levels of diversity to the fashion industry. Thanks to her, the white shirt is now definitely a staple on women’s wardrobes as a key piece. Anne shares her rise in the industry and 2011 launch of The Anne Fontaine Foundation, which is committed to the reforestation of the Brazilian rain forest. (French)

Vive La Femme: In defense of cross-cultural appreciation. Writer Kristin Wood finds Francophiles around the world divided by Paul Rudnick’s piece entitled “Vive La France” in the New Yorker magazine. As is often the case with satire, there is a layer of truth to the matter that is rather unsettling. Including comments from readers worldwide. (French)

Text copyright ©2012 Bénédicte Mahé. All rights reserved.
Illustration copyright ©2012 Barbara Redmond All rights reserved.
barbara@awomansparis.com

Advertisements