Tags

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Angélina Patisserie Paris France Barbara Redmond fine art paintings of Paris

Angélina, Paris, par Barbara Redmond

(English) Qui n’a pas rêvé de passer la St. Valentin à Paris? Après tout, Paris est la ville de l’amour. La St. Valentin est célébré partout dans le monde, mais Paris est la ville où les amants plongent dans les contes de fées impétueuses : marchant le long de le Seine avec ses ponts innombrables ; admirant les anciens monuments ; et bien sur, mettant fin avec un diner exquis à un restaurant Parisien. C’est très romantique, n’est-ce pas ?

Pour La St. Valentin, les Français donnent des cadeaux de fleures de chocolats et des bijoux. Mais des chocolats—oh, les chocolats—ils sont toujours les gestes plus apprécies autant le meilleurs chocolatières sont trouvé dans les rues de Paris. Nous sommes très chanceux.

Boire à petites gorgées du chocolat chaud dans un salon de thé parisien est réchauffant en ce frisquet après midi. J’adore du chocolat chaud, surtout le chocolat Viennois. On le prend avec du Crème Chantilly, un crème foulée qu’est légère et mousseuse qu’est souvent sucré ou parfumé avec de la vanille. Le Chantilly donne un tasse de chocolat chaud un spécial, fraicheur délicieux.

Quand le serveur arrive avec la commande, l’odeur de chocolat enchanté l’espacé total avec espérance sucre. Les Parisiens aiment s’asseoir dans un café après une promenade ou au fin du jour. Il y a des cafés partout mais quelques sont mieux que les autres. La Rotonde est délicieux, le chocolat est sucré (et un bon dose), et le Chantilly est veloute doux. Deux autres salons qui sont célèbre pour leur chocolat chaud, fait dans le chemin traditionnel, ils sont l’Angelina et Le Grand Colbert.

En France, tous les gens aiment chocolat (ou presque tous) si tu raconterais à une personne française que tu n’aimes pas le chocolat, tu recevrais un regard bizarre. Quand les invités sont invités pour une occasion, le premier gâteau que les hôtes pensent de servir, c’est un gâteau au chocolat ! Même s’il aurait acheté d’une pâtisserie et ne fait pas en utilisant la recette familiale. Les gâteaux au chocolat sont toujours délicieux. Grandissais, je ne me souviens pas une fête sans gâteau au chocolat ; quelquefois il y a plus qu’un ! C’était comme une institution. Une fête sans gâteau chocolat serait comme un été sans soleil. Ensemble avec ma mère et ma sœur, nous faisons la même recette sans arrêt et il n’échoue jamais ! Je ne sais pas d’ou vient la recette mais elle est beaucoup aimé. Nos amis ont dit qu’ils n’ont jamais trouvé le même gout délicieux dans d’autres recettes. C’est une recette simple et ma préférée. Il me rappelle des bons souvenirs et quand je l’en pense, je peux toujours sentir le chocolat, qui a rempli complètement la cuisine avec ses riches arômes sucres.

Bien sûr, il y a d’autres gâteaux avec chocolat qui sont plus sophistiqués comme le gâteau opéra, qui est fait avec le chocolat et le café. Je n’aime pas le gout de café, mais le gâteau Opéra est délicieux. Le mélange entre café et chocolat offre une saveur lisse et unique. C’est composé de la génoise amande légère, la crème de beurre de café et une ganache de chocolat noir. Certains historiens culinaires la daté aux années 1890, des autres maintiennent que c’était créé dans un magasin parisien pendant la vingtième siècle.
L’un des meilleurs gâteaux Opéras que j’ai jamais manger est venus d’un des plus célèbre chocolatiers parisien : Michel Cliuzel. Il fait le chocolat traditionnel, sans soya lécithine. Son magasin se vante des saveurs différents; j’aime celles qui sont fait avec praline croquant et doux. Il y a aussi les chocolats pour cuisinant qui fournit un meilleur gout pour les gâteaux chocolat. Michel Cliuzel est situé au 201 rue St. Honoré, l’une des plus belles rues à Paris. C’est toujours un plaisir à visiter la zone pour ses brasseries et salons du thé. Presque chaque brasserie ou salon offraient les desserts, comme une religieuse ou éclair, qui sont similaires.

L’éclair est une pâte rectangle fait avec pâte des choux, cela a rempli avec chocolat ou la crème café et recouvrent avec une pâte française. La religieuse est fait des deux pâtes rondes des choux, un est plus grande que l’autre, ce rempli avec la crème pâtissière et a glace avec glaçage. Gouteux ! Quand je le mange, je garde la petite pâte jusque à la fin, parce que c’est la plus mignonne et la plus salée. Jean Paul Hévin est célèbre pour ses éclairs. Son magasin et un salon de thé sont situés dans le 231 rue St. Honoré près Place Vendôme.

Un autre chou à la crème et la chocolat met délicat est le Profiterole. Profiteroles sont petits choux servaient empaille de glace vanille et en France, est bruine avec un sauce du chocolat qui est riche, chaud et noir. La glace à la vanille très froide avec le chocolat chaud est simplement sensationnelle ! On ne trouve pas les profiteroles partout à Paris, s’ils serviraient dans le menu, je les commande. C’est délicieux et très nourrissant. J’ai eu très bonnes profiteroles aux deux restaurants, L’Imperial et Le Café du Commerce.

Je ne mangeais pas a L’Imperial depuis longtemps mais j’ai des bonnes souvenirs des l’heures du thé suivant le théâtre. Au contraire, j’étais récemment au Café du Commerce pour déjeuner. Ce restaurant est un endroit typique à Paris, un restaurant du dix-neuvième siècle, avec joli décor et repas charmant.

En partout boulangeries françaises, on peut trouver les gâteaux au chocolat. Quand on entre une boulangerie, on sent le pain, les croissants et les pains au chocolat, qui viennent de sortir des fours. Les boulangeries sont un vrai paradis pour les gourmands. Les boulangeries sont dans tous les coins et tous le monde a leur préfère. Quand les enfants sortaient de l’école, ils vont avec vitesses aux boulangeries à acheter quelque chose pour leur temps du thé, le gout.

Un des meilleurs restaurants pour un diner St. Valentin à la ville est le restaurant Le Jules Vernes, c’est dans le deuxième plat de la Tour Eifel qui fournit une vue idyllique de Paris à la nuit. Des lumières des appartements et des rues mélangent et donner une esprit exquis et fin. Une autre idée pour diner en St. Valentin serait un bateau croisière visitant la Sienne. Les bateaux passent devant les monuments les plus incroyables du capital, y compris Notre Dame et la conciergerie qui sont merveilleux à la nuit, scintillant dans leurs propres lumières. Bien que, ils y soient des bateaux-mouches qui reste dans le côté, le sentiment est pourtant magique.

Le restaurant Lapérouse est très chic et célèbre pour ses idées originales. Fut fondé au XVIIIe siècle dans un hôtel premier, il contient encore la décoration originale. Quand on entre à l’intérieur, on croit d’avoir été transporté à un autre temps. Comme si on pourrait rencontrer une bourgeoisie parisienne il y a des siècles. Le restaurant a aussi des chambres privés où les aristocrates de la passée ont avait des rendez vues avec leurs maitresses ou leurs collèges. Ces restaurants sont chers, mais ils fournissent un soir magnifique. Ce n’est pas tous les jours qu’on voyage à Paris pour St. Valentin. Pourquoi ne fait pas ce moment immortel ?

La recette pour le gâteau de Flore.

Ingrédients :

– 9 oz du chocolat
– 6 ou 7 œufs
– 4 (59.15 ml) cuillères à soupe de farine
– 1 et 1/3 (315.4 ml) c. à sucre
– ¾ (177 ml) c. à beurre

Préparation :

– Préchauffe le four à 180 °C
– Fait fondre le chocolat et le beurre au-dessus de feu bas

– Dans un bol séparé, battre les aunes d’œufs. Graduellement remette la sucre et farine. – Battre leur avant que rubanes formes. Puis, mélange dans la mixture.

– Fouette les œufs blancs. Plie le chocolat dans les œufs blancs.

– Tapisse le fond d’un moule à charnière avec papier-parchemin.

– Cuit au 180°C pour 30 minutes. Puis, permet à refroidir complètement avant envelant de la poêle. Refoidit le gâteau avant que démoulage.

Remerciements : Nous sommes reconnaissants envers les personnes suivantes pour aider à faire cette histoire possible : Timothy Wilkerson, docteur et chef de service de Français a l’université du Wittenberg. Mallory Aler, traducteur à A Woman’s Paris, étudiante du Français, l’Allemand et Russe à L’Université de Wittenberg. Elyse Rozina Rédactrice en Chef de Traduction à A Woman’s Paris, étudiante du Français et de l’Italien à L’Université de Minnesota Twin Cities.

Flor der Agopian est née à Clamart, une banlieue de Paris où elle a grandi et où elle habite aujourd’hui. Elle est dans ses dernières années de terminale, qui est l’équivalent de la derniere année du lycée aux Etats-Unis. Elle prépare pour son Baccalauréat au Lycée Françoise Rabelais de Meudon. Si elle est acceptée au program des langues, Flore étudiera l’histoire, la littérature, et la culture des sociétés anglophone. Elle veut étudier aux Etats-Unis ou en Allemagne.

You may also enjoy A Woman’s Paris® post, Chocolate Mousse – debonair, dark and irresistibly rich! by Barbara Redmond who looks into this crème de la crème of mousses and uncovers the source of the original dish.  Mousse as the supreme seducer was first known as “Mayonnaise de Chocolat,” created in the 1900s by French post-impressionist artist, Henri de Toulouse-Lautrec. Recipe included for Mousseline au Chocolat (Chocolate Mousse), by Julia Child from her book, The French Chef Cookbook

French chocolate. Here today. Gone… today! by Canadian writer Philippa Campsie who raises the comparison between dark chocolate vs. milk chocolate. The French, by and large, prefer dark chocolate as they consider milk chocolate rather too Swiss. Also, milk chocolate is for children. Grownups eat the real thing, the thrilling dark stuff. Recipe included for Mousse au Chocolat (Chocolate Mousse) to have at the ready for unexpected guests! 

French Hot Chocolate: Chocolat Chaud, by Barbara Redmond as she tells about a dazzling early 19th century French service placed on a table at the far end of a dark, yet luxurious, reception room in Boston’s Isabella Stewart Gardner Museum exhibited as though prepared and waiting for guests. Which French woman should we invite?  Including a recipe for Parisian Hot Chocolate by David Lebovitz.

Le soufflé – l’amour, la romance and ladies who lunch, by Barbara Redmond who invites us to join the “ladies lunch,” with French food specialist Deborah Lee Johnson (founder of French for A While) and Kathy Morton (a Certified French Specialist, retired professor, co-recipient of the Julia Child Endowment Fund Scholarship, and also current designer of culinary tours for Tour de Forks). The soufflés, wine, and champagne were enjoyed at La Cigale Récamier, a restaurant located on a tiny pedestrian street in the seventh arrondissement in Paris. Recipe included for Soufflé au Chocolat (Chocolate Soufflé), by Georgia Downard from Evie Righter’s book, The Best of France: A Cookbook.

French chocolates, a poetic experience, by French writer Laurence Haxaire who, together with Barbara Redmond, visited the famous chocolatier Richard Sève in Lyon and writes about various delightful and inventive creations. Gaëlle and Richard Sève boast about being the designers of the savory macaroon, with their combination of such flavors into the olive, goat cheese, and squid ink macaroon.

Text copyright ©2013 Flore der Agopian. All rights reserved.
Illustrations copyright ©Barbara Redmond. All rights reserved.
barbara@awomansparis.com

Advertisements